L’Insomnie

« Encore une nuit sans dormir ? C’est certain. Foutus volets ! Incapables d’ombrager convenablement mon taudis. Aurais-je dormi quelques instants ? Une demi-heure ? Qu’en dit mon portable… 5h44 ! Évidemment. Morphée a encore fait sa pute ! Elle me snobe depuis une semaine, deux ? Je n’ai même pas compté… Quel ennui. Lire la suite

Saint-Jeoire

Je découvris assez tard la vaste maison de ma grand-mère paternelle. Un maelstrom familial, remuant furieusement la tourbe de maux sociétaux modernes, m’avait tenu à l’écart du creuset originel. C’était autre chose qu’un appartement exigu de banlieue grise. Établie sur les fondations d’une vieille grange bourrée de vaches et de foin, la grosse baraque savoyarde prit son allure contemporaine sous la supervision financière de mon grand-père drômois, heureux pharmacien.

Lire la suite

Rillieux-la-Pape

Petit, on m’emmenait souvent à Rillieux-la-Pape. Ma mère m’harnachait sur la banquette arrière ; je trônais sur mon rehausseur… Enfant content. Je me rêvais conducteur de bus ! Me croyant discret, je tournais un immense volent imaginaire et imitait les pets fréquents qu’émettaient ses gros engins. Je m’exerçais méthodiquement sur la route de Strasbourg. Ses zigzagues et ses ronds-points étaient un terrain de jeu appétissant. Le trajet s’achevait parmi les murailles de hauts immeubles terribles, monolithiques… Quel gigantisme ! L’avenue de l’Europe nous déportait jusqu’aux parkings toujours pleins. Derniers tours de piste… Une place ! Ma mère se précipitait, enfonçait la machine entre deux voitures inertes ; je dégazais une dernière semonce et libérais mes passagers irréels.

Lire la suite

Les évadés

Cédric n’avait plus de café ! « Scheiße! » se dit-il, reste très prégnant de ses nombreux séjours et stages en Bavière… C’était bien ce temps-là ! pensait-il en marchant gaillardement et en sifflant à tue-tête dans les couloirs de son labo. Il se sentait très en forme ce jour-là. De l’énergie à revendre… Mais très envie de café quand même. Il entra dans la cuisine de l’étage. Personne… C’était calme. Il jeta un coup d’œil à la grosse l’horloge ronde accrochée au mur. 9h23… Lire la suite

Droit à l’Oubli

11h 57 ! Trois minutes avant midi ! bien joué Yome !

Je me lève, mauvaise idée ! Je me rassois pour laisser ma tension se rehausser. Je vois quelques chandelles mais pas trente-six. Je tends les jambes… Concentration difficile. Ma tête est une ruche en fusion. Bourdonnements à tous les étages ! Vrombissements, envolées ! Tintamarre dans le couloir, mes voisins s’agitent… Portes qui claquent et gifles pour mon encéphale. Je boite du cerveau. J’arpente ma demeure, ma cage à sommeil. J’allume l’ordi… Réflexe. Rien envie de faire. Je lève les volets à tour de bras ankylosés. Ciel lugubre et vent surpuissant. Comme d’hab ! Le sapin qui me cache des voisins ploie et plie en silence. Lire la suite