Soumission chimique

Comme presque tous les jeudis soir, une cohorte réduite de salariés d’Inevos s’extirpait de la station Cardinal Lemoine. La troupe marchait gaillardement, réduite aux effusions légèrement vaporeuses ; on avait pu profiter des générosités de l’employeur au fameux pot mensuel, alors sobrement baptisé « premier jeudi du mois ». On y but quelques coupes de champagne charitablement offertes par la direction. Laurent commandait son régiment de fidèles collègues : seuls restaient les plus sympathiques drilles dans cette escapade nocturne. L’hiver avait posé ses valises rigoureuses sur la capitale : les récoltants de marrons narraient des menaces orangées. On craignait des chutes de poudreuse historiques… Lire la suite