L’odeur de la sainteté

« Que ma prière devant toi s’élève comme un encens »

L’église plonge dans la pénombre,
La nuit a surgi, au loin le jour.
Notre bon pasteur s’arme :
L’encensoir lumineux crachote
Des volutes, filets sinueux.

Prends garde ! Thuriféraire…
N’entrave pas le saint homme
Dans sa révolution vespérale.
Il arrose l’autel de fumées sacrées :
Sa minutie n’égale que sa concentration.

Les nuages s’éparpillent, taquinent les premiers rangs.
La douce fragrance assèche les gorges
Les yeux s’embrument, s’enivrent
Larme à l’œil purifiée
Goûtons au brouillard dépolluant !

Ça n’est plus l’heure de prier.
Rien n’aveuglera ma contemplation :
Ni les chants, ni l’orgue ronflant,
Pas même les fredonnements vicinaux,
Oraisons retardataires… Mais il est trop tard !

Dans mon silence, j’apprécie la gestuelle
Rituel répété mille et mille fois :
Les froissements d’étole et de chasuble
Les pas nobles, l’encensement rigoureux.
Les cumulus brumeux rehaussent la Croix.

L’immense abbé dépose l’outil écumant.
À nous ouailles, qu’il présente :
L’AGNEAU DE DIEU QUI ENLÈVE LE PÉCHÉ DU MONDE
Tombe, enfin, un silence de cathédrale.
Le Vierge aux sourires en esquisse un…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s